Travailleurs étrangers | Une histoire de succès chez Charl-Pol

18 novembre 2022

Charl-Pol s’est tournée vers l’embauche de travailleurs étrangers il y a 10 ans. L’entreprise baieriveraine connaît un beau succès avec cette stratégie, alors qu’elle affiche un taux de rétention de 94 % pour ces employés.

Aujourd’hui, la PME emploie une cinquantaine de travailleurs d’origine étrangère dans son équipe de 400 salariés répartis entre quatre usines (La Baie, Portneuf, Baie-Comeau et Sept-Îles). D’autres sont attendus dès novembre en provenance des Philippines, suivis par un autre groupe originaire des Îles Maurice en 2023.

« Nous avons des travailleurs étrangers qui sont avec nous depuis 10 ans. Certains ont obtenu leur citoyenneté canadienne ou leur résidence permanente. D’autres sont devenus superviseurs ou chefs d’équipe au sein de notre entreprise. Et l’un d’eux va avoir son premier enfant né au Québec sous peu, après avoir fait venir sa famille. Nous avons de belles histoires tant organisationnelles qu’individuelles », souligne Gabriel Tremblay, ingénieur et directeur du développement des affaires chez Charl-Pol.

Ce dernier se dit très fier des succès obtenus par son entreprise en matière de recrutement international. « Il faut savoir que même si l’employé arrive ici avec un contrat de travail fermé pour trois ans, il pourrait le faire transférer à une autre entreprise. Il pourrait faire des démarches avec un autre employeur et malgré cette réalité-là, notre taux de rétention est très élevé », indique M. Tremblay.

Expérience positive

Au-delà de ces réalisations, l’expérience de recrutement à l’étranger s’est révélée très positive pour Charl-Pol. « Il y a le bénéfice évident de pouvoir pallier la pénurie de main-d’œuvre. Toutefois, pour nous, les impacts vont beaucoup plus loin. Nous avons intégré des travailleurs ayant des cultures différentes. Quand c’est bien encadré, l’interaction et l’ouverture d’esprit que nos employés développent grâce à cette diversité, ça augmente leur performance », affirme le directeur du développement des affaires.

Selon lui, la cohésion de l’équipe est aussi renforcée. L’adaptation nécessaire aux nouveaux arrivants rend les salariés déjà en place plus compréhensifs et favorise le travail d’équipe. « Ça force à ouvrir les horizons et à essayer de comprendre l’autre. Ça oblige à écouter son avis et à tenter de saisir son point de vue. Ça donne lieu à une belle créativité et à la mise en œuvre de solutions originales. »

L’expertise et le bagage de connaissances apportés par les employés étrangers constituent aussi un aspect intéressant pour la PME. Ils proposent par exemple des façons de faire différentes dans les usines, des techniques nouvelles, etc.

Le secret

Le secret des réussites vécues par l’équipe de Charl-Pol dans l’intégration d’employés issus du recrutement international, c’est la préparation et la planification. « La main-d’œuvre étrangère, ce n’est pas la solution pour un gros contrat que tu viens d’obtenir. Il faut prévoir les opportunités d’affaires futures et les besoins de ressources humaines (RH) à venir. On doit faire un plan de développement des affaires et un concernant les RH et les aligner ensemble », explique Gabriel Tremblay.

Une fois cette planification effectuée, il importe de bien cibler les pays où l’on va aller réaliser le recrutement. « Il faut faire des recherches pour s’assurer que la culture est compatible avec la nôtre. […] La barrière de langue est plus facile à traverser que celle culturelle pour l’intégration », estime M. Tremblay.

Il précise que des superviseurs et des responsables des ressources humaines se déplacent afin de faire les entrevues en personnes. « Ça nous permet de savoir si les candidats cadrent bien avec la culture d’entreprise. Ça se ressent plus facilement en se voyageant pour les rencontrer. […] C’est important de s’impliquer activement dans le processus de sélection. »

Accueil et intégration

Une fois les candidats sélectionnés, l’équipe de Charl-Pol s’assure de leur fournir le plus d’informations possible en vue de leur arrivée. L’entreprise communique ainsi beaucoup de détails sur la région où ils vont s’installer, le climat, l’environnement dans lequel ils vont évoluer, etc. « On prépare aussi nos employés à l’interne pour qu’ils leur réservent un accueil organisé, chaleureux et amical. »

La PME trouve un logement pour ses nouveaux arrivants et les reçoit avec l’appui d’un traducteur s’ils ne parlent pas français. Des cours de francisation sont offerts au sein de l’organisation. Cette dernière met en place un programme de jumelage entre les travailleurs étrangers et québécois, afin de faciliter l’intégration. Des activités sont prévues. Les travailleurs étrangers ont aussi les mêmes avantages que les employés déjà présents et sont couverts par la convention collective.

« Nous les assistons dans les démarches d’immigration lorsqu’ils désirent que leur famille les rejoigne. Nous les aidons à dénicher un emploi pour leur conjointe. Par exemple, on a engagé dans notre usine de Portneuf la femme d’un de nos employés afin de s’occuper de l’accueil et de l’intégration des travailleurs étrangers », précise Gabriel Tremblay.

Charl-Pol a ainsi trouvé sa formule gagnante. « Aujourd’hui, ça fait partie de nous. Sans eux, nous n’aurions pas pu passer à travers les défis que nous avons eus au cours des dernières années », conclut M. Tremblay.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Informe Affaires le 18 novembre 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.