Le Cageot se lance dans les eaux-de-vie

24 novembre 2022

Le Domaine Le Cageot ajoute une nouvelle gamme de produits alcoolisés à sa production actuelle avec la mise en production de sa microdistillerie spécialisée dans les eaux-de-vie aménagée à l’intérieur de ses installations du chemin Saint-André à Jonquière.

Pierre-Philippe Tremblay, président du Domaine Le Cageot, explique que l’ouverture d’une microdistillerie fait partie intégrante du projet de croissance de l’entreprise agroalimentaire œuvrant dans la production et la transformation du bleuet, de la framboise et du cassis en plus du vignoble. Tous ces fruits sont cultivés localement puis transformés sur place pour en faire des vinaigrettes, gelées, confitures et chocolats aux différents arômes.

S’ajoute une production annuelle de 50 000 à 60 000 bouteilles d’alcool distillé et aromatisé à partir des produits de la terre au domaine, qui a fait sa marque en remportant plusieurs prix et distinctions.

Depuis un an, l’entreprise accumule la matière première nécessaire à la production d’eaux-de-vie. « Notre intention est de créer des sous-produits dont l’empreinte est écologique puisqu’après la production, les résidus sont retournés au compost », explique M. Tremblay. L’eau-de-vie est produite à partir de la famille des spiritueux comme peut l’être le brandy. Elles sont produites à partir de la fermentation de céréales, fruits, noix ou légumes.

À partir des fruits qu’ils produisent eux-mêmes, les propriétaires du Domaine Le Cageot ont mis au point depuis un an trois nouveaux alcools d’eau de vie. « On a déjà plusieurs cuves prêtes à distiller. On est en mesure de produire rapidement », précise-t-il.

Le distillat commercialisé sous le nom 02Vie, dont la prononciation est eau-de-vie, est produit à partir d’une seconde transformation des framboises, du cassis et des raisins. Le produit final est une liqueur à 23 % d’alcool laissant en bouche des saveurs douces, délicates et fruitées, explique M. Tremblay. « Il n’y a pas d’arôme artificiel. Ça goûte la framboise, le cassis. Il n’y a pas de goût de bonbon dans nos liqueurs », affirme-t-il.

Le nouvel alambic à une colonne a une capacité de production d’environ 200 litres par cuvée, ce qui laisse place à la production de très petits lots depuis le démarrage de l’unité il y a quelques semaines.

En vertu des règlements entourant l’émission du permis de produire, les nouvelles eaux-de-vie ne peuvent qu’être distribuées qu’au Domaine Le Cageot, ce qui ajoute au caractère exclusif des nouveaux produits lancés sur le marché local.

« Je n’ai pas le droit de les distribuer à nul autre endroit qu’au 5055 chemin Saint-André dans nos installations de production. On prévoit organiser diverses activités pour le faire déguster. On espère avoir une certaine affluence », explique-t-il.

Outre les eaux-de-vie, Le Cageot lance également son « prêt-à-boire, une boisson non alcoolisée au bleuet sauvage, citron et menthe. Ce nouveau produit peut être consommé tel quel ou encore peut servir de base pour le service de cocktails en y ajoutant des alcools au choix des consommateurs. «On veut se faire une mission de donner une alternative aux gens qui ne b oivent pas d’alcool », conclut le président.

Des discussions sont en cours avec différentes entreprises afin d’effectuer de la distribution régionale et extrarégionale.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Le Quotidien le 24 novembre 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.