VIDA VIDA, une nouvelle microbrasserie à Saguenay

16 mai 2022

La microbrasserie BR77 située sur le boulevard du Saguenay à Arvida vient d’être rachetée par trois entrepreneurs connus de la région pour opérer la salle de spectacle La Nuit des temps et le bar l’Appartement de la rue Racine. L’entente avoisinant le demi-million de dollars a été signée le 9 mai dernier. Aucune date officielle pour le lancement n’a été annoncée, mais les nouveaux propriétaires visent le mois d'août.

« Nous avons des projets plein la tête comme un salon de dégustation et la planification d’un lancement officiel, mais les efforts seront axés sur la production dans un premier temps. Il y a beaucoup à faire et l’important c’est de commencer nos brassins tests au plus vite afin d’arriver avec un produit de qualité que nous pourrons écouler dans nos bars », explique Mathieu Roy, propriétaire du bar l’Appartement et copropriétaire de la nouvelle microbrasserie Vida Vida avec ses partenaires d’affaires Alexandre Bédard et Emmanuel Vermette.

L’entrepreneur n’est pas nouveau dans le milieu brassicole et cumule près de 20 ans d’expérience dans le secteur. En 2014, Mathieu Roy avait été l’initiateur avec d’autres partenaires d’affaires de la microbrasserie Hopéra de Jonquière et auparavant, il avait fait ses premières armes à La Voie Maltée. « Je connais bien le milieu et même si les tablettes semblent saturer de bières artisanales, je suis sûr qu’on va faire notre place. De plus, le rachat de la BR77 représente plusieurs avantages dont l’exploitation d’un permis de production de bière en vigueur et de nombreuses ententes d’approvisionnement auprès de fournisseurs. Nous conserverons quelques recettes élaborées par les anciens propriétaires et les produits phares de Vida Vida seront les bières estivales, légères, houblonnées et faciles à boire. »

Les tendances du marché et une pandémie

Au départ, André Girard et son frère Gaétan Girard ont démarré la microbrasserie BR77 en 2016 pour être autosuffisants. « Nous sommes propriétaires du bar Terrasse Sainte-Anne et de l’Hôtel du Parc de Chicoutimi. L’idée, avec la microbrasserie, était de fournir nos établissements et arrêter de payer les grands brasseurs. Nos produits étaient populaires et nous nous sommes mis à écouler les surplus dans les dépanneurs de la région et un peu partout au Québec », explique André Girard.

À ce moment, les entrepreneurs embouteillaient leur bière. Un format de contenant qui n’a cessé de décroitre en popularité au cours des dernières années. « Les dépanneurs hors région ont commencé à refuser la bouteille prétextant que c’était encombrant et compliqué au niveau du recyclage. Le temps de faire le changement pour la canette et de rattraper le retard au niveau de la production, le nombre de microbrasseries au Québec a atteint 280 et la compétition sur les tablettes est devenue infernale. » De plus, les deux hommes d’affaires ont dû essuyer d’importantes pertes dans leurs établissements au niveau des revenus à cause de la pandémie. « Nous avons été fermés 16 mois sur 23 depuis le début de la crise. Notre microbrasserie est donc devenue secondaire dans les priorités et lorsque les gars de l’Appartement et de La nuit des temps nous ont approchés pour leur brasser de la bière, nous avons décidé de vendre. »

Offrir un support

L’un des brasseurs de BR77 restera à l’embauche de la microbrasserie Vida Vida. Un support essentiellement puisqu’il permettra à la nouvelle équipe de se familiariser plus vite avec les équipements et les recettes. « Nous demeurons également propriétaires de la bâtisse où se trouve la microbrasserie. Nous pourrons leur apporter un soutien si besoin », conclut André Girard. L'homme d'affaires ajoute que les bières signées Microbrasserie BR77 devraient se retrouver sur les tablettes le temps découler l'entièreté de la production. Selon lui, il devrait en rester pour encore quelques mois.

 

Source : L'article est paru sur le site d'Informe Affaires le 16 mai 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.