Un Festival des bières du monde unanimement festif

22 juillet 2022

Le Festival des bières du monde de Saguenay a débuté en grand sa treizième édition, jeudi, à la Zone Portuaire de Chicoutimi. Avec ses 50 microbrasseries et distilleries, ses spectacles, ainsi que ses nombreux visiteurs, les avis sur l’événement sont quasi unanimes : Chicoutimi a « quelque chose de spécial » pour ce qui est des célébrations du malt.

La tête d’affiche de cette soirée d’ouverture avait elle aussi quelque chose d’à la fois spécial et régional. La prestation du groupe issu de Roberval, Les Dales Hawerchuk, dont le dernier spectacle datait du Carnaval de Québec 2020, a bien représenté le côté festif des activités.

Hochement de tête, jambes pliant au rythme de la musique, Sylvain Séguin, le chanteur du groupe, a dit avoir bien aimé cette première « date » en deux ans avec les festivaliers de Chicoutimi.

Découvrir de nouvelles boissons

« D’habitude, je n’essaie jamais rien de trop original. Ce soir, j’ai essayé plein de choses fruitées, de produits que je ne connaissais pas, pis au final j’aime vraiment ça », s’est exclamé Kloé Lachance, qui est parti de Québec jeudi matin pour venir au Festival.

La curiosité de la foule de gens présents à la Zone Portuaire est ressortie comme l’un des attraits principaux de l’événement pour les brasseurs. « Ça nous permet d’offrir une expérience client unique avec des produits tout aussi uniques qu’on ne peut pas retrouver en magasin. Pour les avoir, il faut nous visiter à notre restaurant de Shawinigan », a expliqué le représentant événementiel du Trou du Diable, Pierre-Olivier Lefebvre.

Il ne manquait pas de monde pour occuper l’espace entre les kiosques, un fait qui a ravi Sophie Bouchard, responsable des communications pour le Festival des bières du monde de Saguenay. « C’est plaisant de voir que les gens sont au rendez-vous. Les artistes et les brasseurs nous ont tous donné des bons commentaires. »

Du côté de la microbrasserie et distillerie Beemer de Roberval, la satisfaction semblait à son comble. « On a eu une petite peur en raison de la température, mais finalement tout est de notre bord. C’est vraiment plaisant, il y a beaucoup de monde qui vient nous voir », a dit la copropriétaire, Sandra Néron.

Elle a pris le temps de souligner l’augmentation du nombre de partenariats avec les cultivateurs régionaux pour les produits fruités. « Depuis la pandémie, on a va chercher l’écrasante majorité de nos produits, les petits fruits par exemple, chez les entreprises locales. Notre maillage avec les autres entreprises est bien plus complet. »

Le son de cloche était similaire chez la microbrasserie la Boîte à Malt, de Lévis. Son directeur général, Ian Basque, a mentionné que de supporter les compagnies à proximité est d’une grande importance, et que les bières fruitées sont devenues en quelque sorte une marque de commerce.

Une équipe du tonnerre

Sophie Bouchard, responsable des communications pour les Productions Hakim, qui organisent le Festival, a rappelé que cette fin de semaine de fête n’aurait jamais été possible sans sa main-d’œuvre de qualité.

« Les techniciens, c’est la clé du succès pour nous. Il faut les gâter comme ils le méritent. Sinon toute notre équipe est excellente, dévouée, loyale, solidaire », a-t-elle salué.

En terminant son entrevue avec Le Quotidien, elle a pris le temps de rappeler le triste décès du fondateur des Productions Hakim, Robert Hakim, en mars 2021. « Robert était très rassembleur. On veut continuer ce que Robert a instauré et honorer sa vision du festival. »

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Le Quotidien le 22 juillet 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.