Port de Saguenay signe un accord avec un port au Danemark

13 juin 2022

Même s’ils sont situés à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, Port de Saguenay et Port d’Aalborg au Danemark se sont rapprochés. Ils ont signé une entente de collaboration entre les deux administrations portuaires, lundi.

Port de Saguenay a reçu une délégation danoise qui séjournera au Québec jusqu’à jeudi afin d’approfondir ses connaissances de la province.

En vertu de cette entente qui revêt un caractère historique, puisqu’il s’agit d’une première, les deux ports s’engagent à échanger des informations sur les meilleures pratiques en matière de développement durable et d’innovation à appliquer dans le cadre de leur développement mutuel.

Carl Laberge, directeur général de Port de Saguenay, explique que, depuis plusieurs années, l’administration tente de développer la zone industrialo-portuaire dans le cadre de sa planification stratégique.

« On a travaillé avec la Chaire en éco-conseil de l’UQAC afin d’identifier les bonnes pratiques plutôt que d’essayer de tout réinventer. »

— Carl Laberge

C’est ainsi qu’une approche a été effectuée avec Aalborg, un port qui se démarque en termes de développement durable, mais aussi en raison des similitudes des deux installations portuaires. Aalborg est une ville du nord du Danemark qui compte 150 000 habitants, est dotée d’une université et d’une importante base aérienne, en plus de compter sur son territoire de l’industrie lourde comme une cimenterie, des usines de fabrication d’éoliennes ainsi qu’une zone industrialo-portuaire qui a développé le transport routier, le rail et le transport maritime.

Le Port d’Aalborg et ses 90 employés transbordent annuellement 3 millions de tonnes de marchandises, principalement des produits pétroliers, du sel, du sulfure ainsi que des conteneurs. À la différence de Port de Saguenay, les 1000 bateaux qui le fréquentent transportent de faibles tonnages.

En entrevue, M. Raakjaer explique que le port danois travaille en étroite collaboration avec une université qui est une des meilleures d’Europe dans le secteur de l’ingénierie.

«On travaille sur l’écoconception de la zone industrialo-portuaire afin de voir comment les entreprises qui s’y installent peuvent développer des collaborations par des échanges de matériaux, de résidus ou d’énergie», affirme-t-il.

M. Laberge affirme que dans le domaine, les administrateurs danois ont une avance sur le Canada.

La direction de Port de Saguenay espère que les échanges prévus dans le futur permettront d’orienter la stratégie et de bonifier le processus d’amélioration de ses activités.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Le Quotidien le 13 juin 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.