First Phosphate signe un protocole d'accord avec Port de Saguenay

12 octobre 2022

First Phosphate a annoncé ce matin avoir signé un protocole d’accord (MOU) avec Port de Saguenay. La minière souhaite ainsi s’assurer d’un accès au port en eau profonde et à un terrain industriel.

Les deux parties s’entendent ainsi pour entamer des pourparlers sur ces deux sujets. Cela représente un nouveau pas dans la mise en œuvre du plan d’action de First Phosphate afin d’intégrer le marché nord-américain des batteries lithium-fer-phosphate (LFP). Celui-ci prévoit notamment le transport par camion électrique du concentré jusqu’aux installations portuaires sur la rive sud du Saguenay. « Cela affirme nos intentions pour la phase 3 de notre plan [Raffinage avancé NDLR]. Nous avons besoin d’un espace pour le développement d’un projet-pilote d’usine de raffinage, avec la possibilité de construire une installation complète à la phase 4. Nous travaillons sur plusieurs fronts en même temps », indique Peter Kent, président de First Phosphate, faisant référence entre autres à la préparation du rapport technique 43-101.

Avec le protocole d’accord, la minière s’assure que son nom figure en bonne position pour des terrains industriels potentiels et l’accès au quai en eau profonde. « Port de Saguenay offre de magnifiques espaces pour le développement industriel et nous sommes conscients des plans du gouvernement québécois pour sa zone industrialo-portuaire. Par ailleurs, dans d’autres zones industrielles au Québec, les places sont prises. Nous voulons nous assurer d’avoir un espace pour notre projet. »

Aucun terrain n’a été prédéterminé, mais il est entendu que les dirigeants de First Phosphate et de l’administration portuaire saguenéenne poursuivront les discussions afin de déterminer précisément lequel correspondrait le mieux aux besoins de l’entreprise. « Nos installations maritimes en eau profonde, notre terminal et la zone industrielle portuaire adjacente offrent aux entreprises comme First Phosphate un accès direct aux marchés internationaux et un partenariat engagé dans la protection de l'environnement et le développement durable. Nous sommes heureux d'appuyer le lancement de ce projet », affirme Carl Laberge, président-directeur général de Port de Saguenay.

Plan d’intégration

Mentionnons que la minière, dont la propriété phare est située à 110 km au nord de Saguenay, souhaite d’abord développer un projet de mine de phosphate à ciel ouvert. La phase deux prévoit le concassage, la séparation et la concentration de la roche phosphatée afin de le vendre. Le titane et le fer (récupération secondaire) seraient aussi vendus.

Ensuite, l’entreprise prévoit construire une usine pilote de raffinage afin d’internaliser une partie de la production de phosphate, puis construire l’installation de raffinage proprement dite afin de vendre des précurseurs de LFP, soit du phosphate de fer et du phosphate de lithium. La cinquième phase permettrait de travailler en partenariat avec les producteurs de fer et lithium, alors que la sixième et dernière permettrait à First Phosphate de s’intégrer directement dans les éléments et blocs de batteries.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Informe Affaires le 12 octobre 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.