First Phosphate dévoile l'estimation des ressources minérales

15 novembre 2022

La minière First Phosphate a annoncé ce matin les résultats de l’estimation des ressources minérales (ERM) pour son projet du Lac à l’Orignal. Celle-ci révèle des ressources indiquées, limitées à une fosse, de 15,8 millions de tonnes (Mt) à des teneurs de 5,18 % de P2O5.

Ces ressources contiennent aussi des teneurs de 4,23 % de dioxyde de titane (TiO2) et de 23,90 % d’oxyde de fer (Fe2O3). Les ressources minérales présumées, limitées à la fosse, sont de 33,2 Mt à des teneurs de 5,06 % de P2O5 (pentoxyde de phosphore), 4,16% de dioxyde de titane et 22.55 % d’oxyde de fer.

Les essais métallurgiques réalisés par SGS dans ses installations de Québec ont permis de confirmer qu’il est possible d’obtenir un concentré d’apatite d’au moins 38 % de pentoxyde de phosphore avec une récupération de plus de 90 %. D'autres résultats de tests métallurgiques indiquent que le gisement du Lac à l'Orignal pourrait avoir le potentiel de produire deux autres concentrés potentiellement commercialisables : un d'oxyde de fer et un de dioxyde de titane. Les tests se poursuivent sur cet aspect.

Mentionnons également que le gisement du Lac à l'Orignal contient de très faibles niveaux de composants potentiellement dangereux, tels que l'arsenic, les métaux lourds et la radioactivité. Au vu de ces différents résultats, First Phosphate a fait une demande pour l'inscription de ses titres à de la Bourse des valeurs canadiennes (CSE). Elle considère sa propriété Lac à l'Orignal en tant que propriété de mérite pour son inscription.

Méthodologie

L'estimation des ressources minérales du Lac à l'Orignal est basée sur 63 sondages et 17 échantillons en rainures de surface totalisant 7 984 m et 149,5 m respectivement. Au total, 49 sondages (6 393 m) et cinq échantillons en rainure (27 m) ont recoupé les maquettes filaires minéralisées utilisées pour l'estimation des ressources minérales. La base de données contenait 2 880 analyses en pourcentage de P2O5. L’ERM a été obtenue en appliquant une teneur de coupure de 2,5 % de P2O5 au modèle de blocs et en rapportant les tonnes et les teneurs résultantes pour les zones potentiellement exploitables.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Informe Affaires le 15 novembre 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.