Contrat de 5 M$ pour Fabmec en Nouvelle-Écosse

29 août 2022

FABMEC, un équipementier industriel situé sur le boulevard du Royaume à Chicoutimi réalise un important contrat pour la scierie Harry Freeman & Son Limited à Greenfield en Nouvelle-Écosse. La firme saguenéenne a le mandat de construire et d’installer, entre autres, des convoyeurs et des écorceurs pour le client canadien.

« Nous travaillons sur le projet depuis le mois de mars de cette année et il devrait prendre fin d’ici septembre. Il faut compter plus de 10 000 heures d’ouvrage du côté du département de génie à Saguenay en plus de 30 000 heures sur le chantier à Greenfield. C’est un projet d’envergure dont nous sommes habitués de réaliser », explique Simon Gagné, chargé de projet pour Fabmec.

Selon M. Gagné, le défi pour ce type de mandat réside dans l’intégration des nouvelles composantes. La scierie canadienne exigeait un travail vite fait afin de réduire au maximum les périodes où sa production serait mise sur pause. « Arrimer les nouvelles installations aux anciennes, nous a demandé un vrai travail de conception. Nous avons du bien comprendre le fonctionnement de leur usine avant de se lancer dans la conception de nos équipements. La tâche était d’autant plus difficile qu’il fallait également installer des composantes provenant d’autres constructeurs. De plus, les gestionnaires chez Harry Freeman & Son demandaient que la production ne soit pas trop impactée. Nous avons donc ciblé des périodes où l’achalandage était à son plus bas afin de réaliser les travaux. Au plus fort du chantier, nous avions 14 employés sur place. »

Moderniser une usine

La scierie modernise son système de convoyeur à billots et d’écorceur. Le chantier est de grande ampleur puisque plusieurs entreprises y sont affairées. « Les écorceurs viennent de la Colombie-Britannique et l’un d’eux est usagé et c’est la scierie qui s’occupe de son reconditionnement. Pour notre part, nous avons conçu et construit les convoyeurs de classement de billes de bois, les structures d’aciers qui tiennent tous les équipements en place, certains systèmes de transfert de bois et un toit muni d’un pont roulant. Les composantes ont été réalisées au Saguenay avec l’aide de plusieurs sous-traitants de la région, notamment pour la peinture et l’usinage des pièces », conclut Simon Gagné.

 

Source : L'article est paru sur le site du journal Informe Affaires le 29 août 2022. Vous pouvez retrouver l'article ici.